Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 20:33

Du même côté que les Gorges du Trévans mais un peu plus au sud: Blieux. Empruntez la petite départementale D21, elle suit le cours d'eau l'Asse de Blieux et vous mènera au bout du monde....ou presque. Vous traverserez le petit village de Blieux et quand vous serez au bout de la portion de route goudronnée, vous pourrez garer votre voiture et enfiler vos chaussures de marche. Prêt pour monter au Chiran (1905m)

 Tout d'abord, Blieux : plus qu'un vrai village, Blieux se compose d'un camping (et oui !), autant dire tout de suite qu'il n'est pas surpeuplé. Et, comme tout village qui se respecte, une petite épicerie-bistrot, chez Léontine. Charmante dame et charmant endroit pour prendre un petit repos bien mérité après l'ascension du Chiran.

  De vieilles maisons bien espacées et des fermes restaurées achèvent le décor avec une superbe église de pierres, toutefois c'est la nature la véritable "star" de l'endroit.

 

 L' église avec sa tour carrée

 

 Le portail

 Le chevet, appareil de pierres

 

Le mont Chiran, 1905 mètres. Le chemin commence presque au bout de la départementale 21, un petit sentier qui contourne la "ferme du Pointu", à partir de là, nous grimpons pendant trois heures. En effet, nous quittons l'altitude 960 pour arriver à 1905 mètres soit un dénivellé de 930mètres, en direction Nord Ouest, donc toujours ensoleillé pendant la montée ; mais les paysages, le calme et la nature en valent la peine.

 

Une belle clairière pour la pause.

 

 

mais on n'est pas encore en haut

 

Après environ une heure trente de montée et avoir passé une "barre" de marnes et gravillons, une belle clairière vous invite à faire une pause pique-nique. Puis commencent les alpages de montagnes à vaches jusqu'au Portail de Blieux, ce col à 1640mètres environ sépare le Grand Mourre et le Chiran.

La montagne à vaches

 

Le portail de Blieux, face au Grand Mourre

 

Nous ne sommes pas encore en haut du Chiran. Par contre nous croisons un chemin carossable (comment? On pouvait y aller en voiture!) . Puis un dernier raidillon et une vue splendide et illimitée s'offre à nous: Le plateau de Valensole, le lac de Sainte Croix, on voit jusqu'au Mont Ventoux. De l'autre coté, le parc du Mercantour.

Le lac de Sainte Croix

En haut du mont, il y a un refuge et un observatoire astronomique. On bénéficie,en effet, de la pureté de l'air pour observer les étoiles dans d'excellentes conditions. C'est promis, juré, la prochaine fois nous y  passerons la nuit, la tête dans les étoiles!

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 09:56

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 08:53

Quand nous sommes près du Lac du Castillon, il faut aller de l'autre côté de la route Napoléon, en direction de Digne et se promener dans la vallée du Parc Régional du Verdon.

C'est au Sud Est de Digne,  vers Mezel puis en direction de Majastre, une belle randonnée dans la vallée de l'Asse et de l'Estoublaïsse.

Les vestiges d'un vieux village avec encore debout un pan de mur de la chapelle (la chapelle Saint André) et le four à pain. 

Un vieux pont de pierre dit  "Le Pont Romain" enjambe l'Asse de Blieux.

 

 Le pont romain

La chapelle Saint André

Un four

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 22:01
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Les pins d'Alep

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Le mélèze

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Le soleil dans les arbres

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 06:36

John Kiser: journaliste d'investigation et historien. Son livre est le résultat de quatres années d'enquête.

Henry Quinson, a traduit le livre en français, il a vécu six ans au monastère de Tamié dont étaient issus deux des sept moines de Tibhirine.

 Passion pour l'Algérie, les moines de Tibhirine est un livre extrêmement complet, fouillé et précis sur les moines de Tibhirine et l'Algérie.

  Il éclaire sous plusieurs facettes les événements et propose une vision intéressante  de l'histoire de l'Algérie, l'histoire de l'église catholique en Algérie, la vie dans un monastère cistercien et les relations entre les moines et les habitants du village.

Surtout, il nous montre comment une communauté d'hommes, si différents de caractère, ont pu vivre ensemble jusqu'au bout leur témoignage....

Au delà des problèmes et des explications pas encore très claires sur les responsabilités de l'enlèvement et de la mort des moines ; ce qui aurait pu être fait, ce qui n'aurait pas dû être fait, sur les négociations à faire ou à ne pas faire, ce qui est intéressant dans ce livre, et ce qui reste, somme toute, aujourd'hui, c'est la personnalité et le portrait des ces hommes courageux et humanistes, c'est le sens de leur combat fraternel au quotidien pour rassembler des communautés si différentes et si proches à la fois.

C'est sûr, qu'ils pouvaient quitter Tibhirine et s'installer au Maroc à Fès, mais ils ne l'ont pas fait.

C'est sûr qu'ils avaient déjà eu des "alertes" et des intrusions dans le monastère,mais ils sont restés.

Entre aban-donner et donner, ils ont fait le choix du chemin le plus difficile.

 Quelques critiques:

  • Le livre de John Kiser est un document inespéré qui n’intéresse pas seulement les lecteurs américains ou européens pour déceler la vraie mécanique d’un phénomène qu’ils connaissent très mal, mais aussi les lecteurs algériens submergés par les incohérences d’un système résigné à la fatalité de l’intérêt immédiat et le jeu d’un islamisme politique qui n’a jamais abdiqué. D’ailleurs, Passion pour l’Algérie est dédié aux moines de Tibhirine, mais aussi à ceux qui les ont aimés, c’est-à-dire à nous tous qui portons en nous cette flamme humaniste intarissable. Waciny Laredj, El-Watan

 


 

 

 

                                                                                    

  •   L'ouvrage de M. Kiser est remarquablement bien documenté, et se lit comme un roman. Il apporte une double démonstration, qui justifierait, chacune, un livre à part entière. La première est de souligner le contraste entre les factions terroristes qui utilisent l'islam comme un moyen, et les villageois de Tibhirine qui le pratiquent comme une fraternité. Imam Feisal Abdul Rauf, Islamic Horizons Magazine
Partager cet article
Repost0
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 16:59

Christophe Lebreton:  est né le 11 octobre 1950. Il fait son service militaire en coopération auprès d'enfants handicapés mentaux à Alger. Il entre en 1974 à l'abbaye cistercienne "Notre Dame de Tamié", en Savoie, et  il rejoint Tibhirine en 1987. Il y était responsable du jardin, de la liturgie, maître de novices. Il est mort à 45 ans, le plus jeune des moines de Tibhirine assassinés le 21 mai 1996.

Le souffle du Don est le journal de frère Christophe moine de Tibhirine. Il commence le 8 Août 1993 et le dernier écrit date du 19 mars 1996.

 Publié à peine trois ans après la tragédie, ce livre est paru sans notes, sans index, les noms ont été modifiés pour des raisons compréhensibles de sécurité. Rappelons que les trois années que couvre ce journal sont des années d'une extrème violence en Algérie.

 Cela rend le livre un peu compliqué à comprendre,car il s'agit bien d'un journal qui reprend au quotidien tel ou tel évènement de la vie du monastère et du village, sans que nous en connaissions tous les éléments. Parfois,on s'interroge et on ne comprend pas vraiment de quoi il parle. D'ailleurs, peut être ne pensait-il pas que ses écrits seraient un jour publiés.

 Ce livre est aussi un poème et des poèmes, si la lecture des événements quotidiens est complexe, ils y sont abordés d'une manière tout à fait particulière, nous y découvrons une personnalité sensible et attachante qui ne laisse pas indifférent.

Le caractère de ce livre est bien décrit par l'avant-propos de Jean Pierre Schumacher*:

Les homélies de père Christophe, comme ses poèmes, avaient une allure qui leur était tout à fait propre, faisant appel à la sensibilité, à l'image, au sentiment....Christophe a une manière à lui d'exposer les faits au quotidien qui n'est pas anodine, neutre ou froide: son récit est habité, il contient une âme, la sienne. Il narre les choses comme il les vit, les voit, et les sent." 

*Jean Pierre Schumacher avec le Père Amédée sont les deux survivants de la communauté.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2006 3 06 /09 /septembre /2006 01:03

En longeant le lac de Castillon, vers Saint Julien, vous allez arriver, une fois passé le pont de Saint Julien, à Angles qui est un petit village à 960 mètres d'altitude.

Le village est charmant et tranquille. Il est au creux de la montagne et dominé par la crête des Serres, puis le pic de Chamatte.

En montant vers les crêtes, on traverse des pâtures et des forêts. De belles pinèdes composées de cèdres, mélèzes et pins d'Alep.

 

Vue vers le lac - Le pont de Saint Julien

 

L'église de l'ancien prieuré- lieu dit Le Moustiers

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 01:00

Le sommet de la Bernarde culmine à 1941mètres, et nous pouvons nous promener sur la crête qui commence à une hauteur de 1789 mètres.

Il suffit de marcher quelques heures pour arriver au sommet. C'est une belle "montagne à vaches", plutôt à moutons, puisque nous pouvons, de temps en temps, y voir des troupeaux et des bergers qui parfois se déplacent à cheval.

De là haut, une vue splendide sur les massifs environnants, en particulier le Mercantour.

Une flore interessante, formée de lavande, sariette, joubarbe et eldelweiss !

Massif montagneux vue du sommet de la Bernarde

Edelweiss

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2006 6 02 /09 /septembre /2006 16:10

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit   Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 12:04

Si vous voulez séjourner dans les Alpes de Haute Provence, il ne faut pas manquer de vous promener dans le magnifique parc régional du Verdon.

Vous suivez la route Napoléon, de Digne à Castellane, et, arrivés à Castellane vous avez le choix entre deux possibiltés:

- Vous engouffrer vers les Gorges du Verdon surpeuplées. Vous y trouverez des campings coincés entre la route nationale et le Verdon, certains même sont à cheval des deux côtés de la route, où s'entasseront tentes et caravanes.

- Vous avez aussi la possibilité de vous éloigner dans la montagne, et, pour un peu qu'il faille faire quelque distance à pied, vous allez vous retrouver dans de grands et magnifiques espaces de forêts, de montagnes, de lacs, au coeur de villages abandonnés qui renaissent par la volonté de quelques touristes qui ont soif de quitter l'enfermement des villes.

C'est ainsi que l'on se retrouve à l'aplomb du lac de Castillon.

 

 Quelques photos pour planter le décor quasi quotidien de trois semaines de vacances:

Vue sur les montagnes entre Courchons et Blaron

La première retenue d'eau forme le lac de Castillon, on aperçoit au fond la deuxième retenue qui forme le lac de Chaudanne

Le lac de Castillon, au fond le village de Saint Julien.

Partager cet article
Repost0