Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 04:49

 

Villers-la-Ville est située à quelques trente kilomètres au sud-est de Bruxelles en Belgique. Les ruines d'une abbaye cistercienne sont son principal attrait.  Etant donné que les abbayes étaient toujours construites sur des zones boisées et où il y avait de l'eau, les environs du village sont propices aux balades.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

"C'est qu'il y a là un tableau plein de poésie: ces murs qui s'écroulent, ces voûtes qui tombent, ces colonnes qui s'élèvent, produisent en vous cet enivrement que l'on éprouve à la vue de l'immensité de la mer..."     Constantin Rodenbach, l'Abbaye de Villers (de l'ordre de Cîteaux) Bruxelles,1850

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

La construction des bâtiments débuta au XIIIème siècle et représente un ensemble architectural intéressant regroupant des éléments romans et une évolution très marquée vers le style gothique.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Ouvertures en arcs de plein-cintres se conjuguent avec des fenêtres géminées qui se terminent en arcs brisés.

Toute la façade occidentale de l'église abbatiale est en style roman ainsi que le narthex, alors que l'ensemble des autres parties de l'église est de style gothique.

Toutefois, il ne faut pas limiter l'évolution d'un style à l'autre par, uniquement, des caractéristiques architecturales, tel que les arcs de pleins cintres pour le style roman, et les arcs brisés pour le style gothique, ou encore, la présence des arcs boutants, remarquables ici.

L'enjeu et la recherche, qui ont fait évoluer l'architecture romane sont essentiellement la recherche de la lumière et de l'élévation, et dans le cadre de l'architecture religieuse, écrivons Lumière et Elévation.

 Sur ces quelques images, et bien que les ruines soient maintenant à ciel ouvert, on peut facilement imaginer comment toutes ces ouvertures servaient de "puits de lumière"Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit ,

Nous comprenons ainsi que l'enjeu de l'architecture était d'arriver à ce que l'église et en particulier le choeur soient baignés de Lumière.

On voit au dessus de la croisée du transept une ouverture au plafond, véritable "puits de lumière" descendant sur le centre de l'église et on remarque le nombre important d'ouvertures et d'oculi en particulier sur les façades du transept.

 

 

 

 

 

 

 

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Vues d'ensemble des dépendances, ici les ateliers

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Façade occidentale, entrée principale. (roman)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Vues de la nef vers le choeur, rangée d'oculi au fond du choeur, les arcs boutants permettent un  troisième niveau d'élévation.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Vue de la nef vers l'entrée principale, le narthex.( roman)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Façade de transept, oculus, roses, on distingue les arcs boutants

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Dans le cloître, plaque commémorant l'architecte Licot.

 


 

Vers le palais abbatial:  il fut construit vers 1720-1721, grand palais classique avec des jardins en terrasses et fontaines. Il comprend le quartier des hôtes, une prestigieuse cour d'honneur. A cette époque l'abbé de Villers était un personnage important, à partir du XVIème siècle sa nomination est contrôlée par le pouvoir politique. C'est aussi cette évolution qui amena, au XVIIème siècle la dissidence au sein de l'Ordre, des "Cisterciens de la Stricte Observance". Cette dissidence naît en partie à l'abbaye de la Trappe (Normandie) d'où l'appellation commune de "Trappistes".

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Une partie du jardin du palais.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Enfilade de portes qui crée l'axe de perspective de la porte de Bruxelles jusqu'à la chapelle Notre-Dame de Montaigu (L'escalier, au fond, mène à cette chapelle).

 


 

Balade autour de Villers: champs, forêt et petit chemin

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 et quelques modestes chapelles....

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 03:09

Cette année, elle est tombée le 22 novembre et n'est restée qu'une petite journée !

(mais elle reviendra...)

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Toutes ces photos sont prises le mercredi soir  

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit 

 sur le Markstein, dans les Vosges...

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2006 3 29 /11 /novembre /2006 04:57

De la plaine d'Alsace, au loin les Ballons Vosgiens,

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 On aperçoit la première neige sur les sommets

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2006 3 22 /11 /novembre /2006 12:32
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 22:36

Le jardin d'automne est un peu mélancolique, pourtant c'est à cette époque qu'il se revêt des couleurs les plus chaudes...

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Un hortensia (hydrangea paniculé), moitié fleurs moitié graines

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Les cyclamens de Naples ne sortent qu'à l'automne, c'est un gros bulbe plat, planté au  pied d'un arbre là où il y a pas mal d'humus il prospère et se mutiplie pour former un beau tapis.

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Le clérodendron: ses feuilles apparaissent tardivement, ses fleurs, des grappes de petites étoiles blanches sont très parfumées et en fin d'été elles peuvent embaumer tout un jardin, à l'automne une grosse graine noire dans une gaine rouge remplace la fleur.

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Le callicarpa: à cultiver pour l'automne où la couleur de ses fruits est unique !

Et bien sûr, encore des roses :

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit Abraham Darby

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Sweet Juliet dans la rosée matinale

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 04:28

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2006 4 09 /11 /novembre /2006 07:52

Des monts bossuent ces plaines......

Le Houtland,  (hout=bois, land=pays), n'est aujourd'hui pourtant, plus une région riche en forêts. C'est une région des Flandres qui se situe à peu près entre les Monts des Flandres et s'arrête à une quinzaine de kilomètres du bord de la mer.

Pour la petite géographie les Monts de Flandre forment une petite chaine de collines qui se prolonge en Belgique où elle se nomme le Heuvelland (pays des collines ou des buttes)

D'ouest en est:

- Le Mont de Watten (72 mètres)

- Le Mont Cassel  (176 mètres) le point culminant!

- Le Mont des Récollets (155 mètres)

- Le Mont des Cats (164 mètres)

- Le Mont de Boeschepe (129 mètres)

- Le Mont Kokereel (110 mètres)

- Le Mont Noir (150 mètres)

Pour être presque complet citons encore le Ravensberg (70m) et le Mont de Lille (45m) un peu plus au sud ; proche également mais déjà dans le Heuvelland nous devons citer le Mont Kemmel.

Vues du Mont des Cats

Du Mont des Cats, vers l'Est    A l'est vers le Mont Kokereel

Vues du Mont des Cats

 Les pentes douces du mont

Vue du Mont des Cats le soir

L'étrange lumière du soir

Vues du Mont des Cats

 Au Nord, la plaine s'étale jusqu'à la mer

Vues du Mont des Cats, la plaine s'étend jusqu'à la mer

Vues du Mont des Cats Vues du Mont des Cats Vues du Mont des Cats

 

Le Houtland est aussi une région de moulins à vent, on en compte encore une dizaine, certains d'entre eux transformés en restaurants ou auberges, d'autres en monuments historiques. Celui de Cassel tourne encore et continue à moudre du blé pour le touriste qui repart avec son kilo de farine !

Moulin de Pitgam

  Le Moulin de Pitgam ne moudra plus tous ces blés !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Moulin autour de Steenvorde Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Moulin de Wormhout

Au pied du Mont Cassel

 Village au pied du Mont Cassel

 

"Des monts qu'on appellerait ailleurs des collines, le Mont Cassel relayé au nord par la quadruple vague des Monts de Flandre, le Mont-des-Cats, le Mont Kemmel, le Mont Rouge et le Mont Noir dont j'ai une connaissance plus intime que des autres, puisque c'est sur lui que j'ai vécu enfant, bossuent ces terres basses"

Marguerite Yourcenar

-

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 09:23

Si la place le permet, il est toujours intéressant, au jardin, de garder un peu de terrain pour cultiver quelques légumes. C'est bien agréable d'aller chercher une salade, de ramasser quelques radis, de choisir ses tomates....

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Un échantillon de récolte avec quelques oeufs du poulailler !

 

Mon choix a été de cultiver un peu de tout, et si possible des légumes qu'on ne trouve pas facilement dans le commerce, ou qui sont meilleurs à déguster très frais, juste cueillis.

Il y a les classiques: salades, une ou deux sortes comme la batavia, et la feuille de chêne rouge, les radis, les oignons et les échalottes, des haricots à écosser et des haricots verts sur des perches formées de vieilles branches tordues de coudrier pour le côté esthétique du jardin.

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Des oignons...

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Des échalottes....

 

J'y ajoute quelques choux rouges et quelques brocolis, quelques pieds d'artichauts pour le côté ornemental du feuillage. Puis des tomates qui ne sont pas faciles à réussir dans notre région, et en particulier des "Coeur de boeuf" , tomates d'une bonne taille avec une superbe couleur rose prononcé et un goût extraordinaire. On les trouve parfois sur les étals des magasins mais à un prix élevé.

Des courges comme les "Potimarrons" et des "Courges du Chili" à la peau vert foncé et à la chair orangée, quelques pieds de cornichons juste assez pour faire un grand bocal.

Et, bien évidemment, puisqu'on est en Flandre, des pommes de terre, mais là aussi trois sortes différentes: celles à la pelure rouge: les "Chérie" et cette année deux espèces que je ne connaissais pas: "Oeil de perdrix" pommes de terre d'un jaune tendre avec des petites auréoles roses, et des "Cornes de Gatt", espèce de rattes avec également des petites tâches roses.

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Pommes de terre: Cornes de Gatt

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Pommes de terre: Chérie

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Pommes de terre: Oeil de Perdrix

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 Cornes de Gatt

Et aussi quelques uns de ces gros panais au goût prononcé rappelant la carotte.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Des panais...

Il y a également un petit coin d'herbes: laurier, marjolaine, ciboulette, romarin, menthe, angélique, aneth, rhubarbe...

Le laurier est intéressant pour son côté arbuste et l'angélique et l'aneth pour l'aspect très décoratif de leurs feuillages. Mon petit coin d'herbe est encadré et délimité par un pommier que j'ai formé en cordon.

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Pomme Boskoop, un jour nous parlerons des fruits du jardin... 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 06:24
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 19:19
Irène Némirovsky  est née le 11 février 1903 à Kiev . Elle meurt le 17 août 1942 en déportation à Auschwitz

Suite française, est paru en 2004 et il avait été écrit par Irène Némirovsky au début de la seconde guerre mondiale. C'est sa fille, Denise Epstein qui a conservé ce manuscrit après l'arrestation de sa mère. Le livre a obtenu le prix Renaudot à titre posthume en novembre 2004.

 Ce roman est composé de deux récits, l'un "Tempête en juin" , l'autre "Dolce" . Irène Nemirovsky pensait faire quatre à cinq parties à cette oeuvre, mais elle n'a jamais eu le temps de les rédiger. Irène Némirovsky voulait, en fait, écrire une grande fresque à la manière de "Guerre et Paix".

La première partie dépeint la débacle et l'exode de juin 1940. Elle choisit de décrire cette période au travers de la vie de plusieurs familles issues de milieux différents. Ainsi, on assiste au départ de la famille Péricand, bourgeoise et bigote qui ressemble un peu à la famille Lequenoy dans la Vie est un long fleuve tranquille, et dont les valeurs s'effriteront au contact de la dure réalité de l'exode. Il y a également un couple de petits employés de banque, leur patron qui doit fuir également avec sa maîtresse, une famille de fermiers qui recueille un soldat français blessé, un artiste et l'exode qui prend place. Tout ces gens se retrouvent sur les chemins, qui en voiture, qui à pied, avec des provisions ou sans provision, dans un désordre tragique.

Irène Némirovsky décrit alors avec détails et traque les moindres petites lâchetés qui font surface dès que la vie devient plus difficile,quand les fards craquèlent sous les larmes et la peur.

La seconde partie, "Dolce" nous relate l'occupation allemande dans un petit village. La garnison allemande s'installe, le commandant dans une des plus belles résidences du village, la troupe dans un château ;  et le quotidien se vit côte à côte, occupants et occupés. Cela crée des liens, forcément. C'est ce que nous dépeint Irène Némirovsky. Puis les Allemands s'en vont sur le front russe.

L'annexe à ce roman est à lire également. C'est le rassemblement de notes manuscrites d'Irène Némirovsky sur son projet d'écriture et l'état de la France.

C'est un roman plaisant à lire, on s'aperçoit qu'Irène Némirovsky a étudié dans les moindres détails les traits de caractère de ces personnages. Elle les a construits un à un et morceau par morceau en s'inspirant des évènements qui l'entouraient. Comme "Vin de solitude", ce roman est d'une extraordinaire lucidité.

 

 

Partager cet article
Repost0