Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 16:59

Christophe Lebreton:  est né le 11 octobre 1950. Il fait son service militaire en coopération auprès d'enfants handicapés mentaux à Alger. Il entre en 1974 à l'abbaye cistercienne "Notre Dame de Tamié", en Savoie, et  il rejoint Tibhirine en 1987. Il y était responsable du jardin, de la liturgie, maître de novices. Il est mort à 45 ans, le plus jeune des moines de Tibhirine assassinés le 21 mai 1996.

Le souffle du Don est le journal de frère Christophe moine de Tibhirine. Il commence le 8 Août 1993 et le dernier écrit date du 19 mars 1996.

 Publié à peine trois ans après la tragédie, ce livre est paru sans notes, sans index, les noms ont été modifiés pour des raisons compréhensibles de sécurité. Rappelons que les trois années que couvre ce journal sont des années d'une extrème violence en Algérie.

 Cela rend le livre un peu compliqué à comprendre,car il s'agit bien d'un journal qui reprend au quotidien tel ou tel évènement de la vie du monastère et du village, sans que nous en connaissions tous les éléments. Parfois,on s'interroge et on ne comprend pas vraiment de quoi il parle. D'ailleurs, peut être ne pensait-il pas que ses écrits seraient un jour publiés.

 Ce livre est aussi un poème et des poèmes, si la lecture des événements quotidiens est complexe, ils y sont abordés d'une manière tout à fait particulière, nous y découvrons une personnalité sensible et attachante qui ne laisse pas indifférent.

Le caractère de ce livre est bien décrit par l'avant-propos de Jean Pierre Schumacher*:

Les homélies de père Christophe, comme ses poèmes, avaient une allure qui leur était tout à fait propre, faisant appel à la sensibilité, à l'image, au sentiment....Christophe a une manière à lui d'exposer les faits au quotidien qui n'est pas anodine, neutre ou froide: son récit est habité, il contient une âme, la sienne. Il narre les choses comme il les vit, les voit, et les sent." 

*Jean Pierre Schumacher avec le Père Amédée sont les deux survivants de la communauté.

Partager cet article

Repost0

commentaires